I – Comment économiser sur son alimentation ? (+3000€/an)

I – Comment économiser sur son alimentation ? (+3000€/an)

Sans eau, notre espérance de vie est de 3 jours, sans nourriture, elle est de 3 semaines. En conséquence, une grande partie de ce que nous consommons est liée à l’achat de boissons et d’aliments. C’est donc un des domaines de notre vie où l’on dépense le plus d’argent et aussi un des plus coûteux en terme d’énergie et de pollution. Voici 5 principes qui permettent de mieux consommer au quotidien et qui réduirons grandement votre budget nourriture et votre empreinte carbone tout en améliorant votre santé (voir bilan à la fin de cet article).

1 – Apprendre à cuisiner pour économiser

C’est vrai ça prend un peu de temps, des fois on n’a juste pas envie… mais ce petit effort quotidien peut changer beaucoup dans notre vie ! Apprendre à cuisiner soi-même des plats simples est sans aucun doute l’une des choses qui vous ferra économiser le plus d’argent sur une année !

Acheter et cuisiner des légumes, des conserves et des produits frais plutôt que des plats préparés, peu diviser par 2 votre budget alimentaire. Sans parler des fast-foods, restaurants et livraisons à domicile. Si vous en consommez régulièrement (Entre 3 et 5 fois par semaine), apprendre à cuisiner pourra réduire de 3 à 4 fois votre budget alimentaire.

Imaginez les économies que cela représente à l’année… Pour cela, pas besoin de devenir un grand chef. Enormément de recettes simples sont disponibles sur internet et vous permettrons d’apprendre petit à petit à devenir plus autonome pour vous alimenter. Qui sait vous trouverez peut-être même du plaisir à vous cuisiner de bonnes choses.

Les composants alimentaires à éviter pour booster sa santé

Cuisiner soi-même permet aussi de manger plus sainement et d’éviter d’ingurgiter la farandole de matières grasses, sucres ajoutés et additifs chimiques présents dans les plats préparés. On a tous peur de lire les étiquettes…

Les composants alimentaires à limiter pour rester en bonne santé et ne pas prendre de poids sont : les glucides (surtout présents dans les pattes, le riz, le pain etc..) les matières grasses (surtout les acide gras saturés), les sucres ajoutés (présents dans les fast-foods, les biscuits, les pâtisseries, les viennoiseries). Les bonnes graisses présentes dans le poisson et l’huile d’olive quant à elles, sont  plutôt conseillées.

Si vous voulez approfondir encore le sujet, vous pouvez vous orienter vers des blogs ou livres de nutrition (en faisant néanmoins quelques recherches sur les sources des articles), ou tout simplement prendre un rendez-vous chez un nutritionniste.

 

Budget alimentaire hebdomadaire

Personnellement je m’en sors pour environ 60 à 70 € de courses de nourriture par semaine en vivant seul. Si je consommais plus de plats préparés, je monterai vite à plus de 100 €. Et si je consommais seulement un fastfood de plus,  un resto et un Uber-eat par semaine, mon budget atteindrait vite 120 voire 150 € par semaine.

En général, je fais 1 à 2 fastfoods par mois et 1 restaurant par mois (sauf en période de pandémie mondiale…). Cela doit faire monter mon budget à environ 80 €. Entre un budget de 80 € et un de 120 € par semaine il y a un peu plus de 2000 € d’écarts à l’année… par personne ! Ça fait un beau voyage à 2 dans les Maldives ! Ou de belles économies pour l’achat d’un appartement…

En résumé, prendre un peu de temps pour cuisiner et choisir de bons produits vous permettra d’économiser des sommes considérables d’argent, tout en étant en meilleur santé physique et mentale. En effet, notre alimentation a un effet sur notre forme physique mais aussi sur notre comportement, nos pensées et notre bien-être. Tata Suzette nous avait pourtant prévenu « les carottes ça rend aimable ».

Si vous remplacez vos plat préparés et fastfoods par les recettes simples apprises dans un livre de recette, vous aurez fait l’un des investissements les plus rentable de votre vie !

 

2 – Économiser sur la viande et de surgelé

Impact de la consommation de viande sur l’environnement 

Pour lutter contre la tant redoutée Pollution, la réduction de votre consommation de viande, surtout la viande rouge, est le levier le plus efficace à notre échelle de petits citoyens.

En effet, la production industrielle de viande bovine est responsable de la majeure partie de la déforestation en Amazonie. Les parcelles obtenues après déforestation servent pour la culture de soja qui est destinée à nourrir les animaux en élevage intensif, en particulier les bœufs. Je vous laisse vérifier cette info dans les nombreux rapports et reportages sur le sujet.

Les forêts régulent la température de la planète en plus de produire l’oxygène qu’on respire. Petit rappel : ne pas respirer ça fait mourir.

Aussi, un bœuf d’élevage, ça consomme entre 50 et 100 L d’eau par jour pendant 3 ans ! En comparaison, 100 poulets consomment environ 60 L d’eau pendant 3 mois.

Réduire la consommation de viande rouge industrielle est donc l’action dans votre quotidien qui sera le plus efficace pour lutter contre le réchauffement climatique. De plus, manger moins de viande fera du bien à votre porte-monnaie. Il est donc recommandé de manger occasionnellement de la viande bovine et d’en profiter pour en acheter une de meilleur qualité et de préférence locale.

 

Impact de la consommation de viande sur la santé

Manger trop de viande rouge peut aussi être néfaste pour la santé. Selon une étude britannique, manger de la viande rouge tous les jours augmenterai de 20 % les risques de développer des problèmes cardiaques et de 15 % les risques de cancers.

Evitez également de manger trop de poisson car le phénomène de surpêche est un réel problème écologique. Les fonds marins sont dévastés et la proportion de vie dans les océans a déjà diminué de moitié (l’autre moitié de l’oxygène que nous respirons provient des océans).

Pour les plus courageux, l’alimentation végétarienne (complète ou partielle) est la plus saine que l’on peut expérimenter. Si vous avez un doute là-dessus, je vous conseille le documentaire, « The Game Changers » sur Netflix qui s’intéresse aux performances des athlètes végétariens (Ce bon vieux Schwarzi en fait partie depuis de longues années par exemple).

Être ou devenir flexitarien me semble être aujourd’hui la solution la plus simple et saine à mettre en place dans son quotidien pour réduire son empreinte carbone. Cela consiste à remplacer certains de vos repas par des repas végétariens.

J’ai personnellement commencé il y a quelques années avec 1 repas par semaine. Aujourd’hui, je mange de la viande ou du poisson 3 à 4 fois par semaine (sur 14 repas) soit 1 repas sur 4.  La transition c’est faite progressivement pour ma part donc vous pouvez vous aussi vous y mettre tout doucement !

 

La nourriture surgelée

Concernant le surgelé, il est possible de trouver des plats bon marché, seulement, la consommation d’électricité et de pétrole pour stocker et transporter les plats congelés est une source importante de pollution.

Sans compter qu’avoir un congélateur en plus de son frigo est énergivore. Cela représente une cinquantaine d’euro par an pour le faire fonctionner. Ne pas manger de surgelé ou peu est donc une bonne action écologique.

Pour résumer, réaliser des plats végétariens plusieurs fois par semaine, éviter les plats surgelés et préférer la volaille, sont des actions qui permettront d’améliorer votre empreinte carbone, d’économiser de l’argent et d’améliorer votre santé. De plus, une belle entrecôte locale de qualité sera bien meilleure lorsque vous en mangerez occasionnellement (en famille ou au restaurant).

Le pire, c’est le bœuf industriel des fast-foods et plats préparés. Prendre un burger au poulet ou végétarien au lieu d’un burger au bœuf et arrêter d’acheter des plats préparés à la viande de bœuf en supermarché est déjà un très bon début.

3 – Mieux s’hydrater pour faire des économies

Il existe beaucoup de façon de s’hydrater. La meilleure pour la santé est la moins cher reste encore l’eau ! De préférence du robinet, car boire de l’eau en bouteille plastique génère une quantité faramineuse de déchets qui ne sont en réalité que peu recyclés…

Comme nous le verrons dans l’article 3, boire de l’eau du robinet (filtrée si sa qualité est moyenne) est bien plus économe. Bien évidemment, les sodas sont à évités, ils coûtent cher (comparé à l’eau) et contiennent une énorme quantité de sucre, et des additifs chimiques.

Les jus de fruits également ne sont pas spécialement recommandés. Excepté quelques bons jus d’orange l’hiver pour se redonner un cout de boost, le reste du temps, en consommer régulièrement n’est pas forcément une bonne idée. Ils sont souvent eux aussi bourrées de sucre. Si vous les préparez vous même les jus sont meilleurs mais en général, il est préférable de manger des fruits que de boire des jus.

Si on compte 1.5 € pour une bouteille de soda et 2 € pour une bouteille de jus d’orange, que l’on part du principe qu’une personne consomme une bouteille de soda et une bouteille de jus d’orange par semaine, cette personne dépense 180 € par an pour boire du sucre, soit 15 € par mois ou un abonnement Netflix…

4 – Réduire sa consommation de drogues pour économiser 

Les drogues de monsieur tout le monde

Chacun ses vices… Quasiment tous les humains consomment des drogues. Je ne parle pas forcement de la Cocaïne de Pablo ou la Crystal Meth de Walt. Bien évidemment, les drogues dures sont extrêmement dangereuses pour le cerveau et le reste du corps et représente d’énormes dépenses pour ceux qui en consomment. Si vous voulez avoir plus d’argent et ne pas risquer l’hôpital psychiatrique, elles sont à bannir de vos habitudes.

Seulement, d’autres drogues plus discrètes sont tout aussi néfastes pour nos finances et notre santé. Il s’agit du Tabac, de l’Alcool, du Sucre, du Cannabis ou du Café. Toutes sont des drogues, car elles créent des dépendances et ont des effets nuisibles sur notre organisme lorsqu’elles sont consommées régulièrement et pendant une longue période.

Un paquet de cigarettes par semaine c’est déjà 520 € de dépensés par an pour acheter un futur cancer du poumon. Une soirée alcoolisée par semaine, dans l’hypothèse où l’on dépense 20 à 30 euros en boissons alcoolisées, c’est dépenser entre 1000 et 1500 € par an pour griller ses neurones et potentiellement être victime de problèmes de santé d’ici quelques décennies, voir une cirrhose du foie.

Ces chiffres font réfléchir. De même pour le cannabis qui peut entrainer des troubles de mémoires, des angoisses, de la paranoïa et autres effets indésirables, même si dans certains cas et pour certaines pathologies, son usage peut être bénéfique. Sans oublier le café et le sucre. Sous forme de gâteaux et de gourmandises consommés en excès, ils mènent au surpoids, voir au diabète.

Ne pas devenir un moine pour autant (sauf si c’est votre but)

Bien évidement tout le monde a le droit de se faire plaisir, mais savoir dire non à certaines addictions et ne pas abuser des bonnes choses est un excellent moyen d’améliorer ses finances et sa santé. De plus, le plaisir s’en trouve décuplé lorsque ces petits plaisirs deviennent occasionnels.

Si vous avez moins de 25 ans je vous conseille quand même d’en profiter pour faire la fête, on ne vit qu’une fois (en restant raisonnable bien sûr …). Mais pour ceux qui comme moi sont passé du coté « vie adulte »… en buvant un peu moins les samedi soirs (1 sortie alcoolisée par mois c’est déjà pas mal) et en réduisant les paquets de cigarettes pour les fumeurs (voir arrêter totalement) vous pourriez économiser facilement 1000 € par an et améliorer considérablement votre forme physique et mentale.

5 – Où faire ses course ? 

Maintenant que l’on connait dans les grande lignes les aliments à privilégier et ceux à éviter, il reste encore à savoir où les acheter. Le mieux, bien évidement, est de pouvoir se les procurer dans des marchés ou magasins bios. Néanmoins, nous n’avons pas forcement tous le temps de le faire…

Il est possible de trouver de bons produits en grandes surfaces. Même si il est toujours mieux d’acheter chez des producteurs locaux, faire un bon trie dans son cadi Carrefour ou Auchan est déjà un énorme pas en avant.  Privilégiez les fruits et légumes de saisons à l’étalage (malheureusement les avocats et les ananas ça ne pousse pas en France), les produits bios (qui sont désormais souvent au même prix que les produits non bios pour la plupart) et les produits sans emballages ou avec des emballages recyclables (boites de conserves, pots en verre, carton ou papier).

Pour réduire les emballages au maximum, servez vous en vracs pour les pâtes, le riz, les fruits secs etc… Pour les fruits et légume que vous prenez seul, vous pouvez directement coller l’étiquette dessus. Pour le reste des fruits et légumes que vous prenez en plus grosse quantité je vous recommande d’utiliser des  sacs en cotons réutilisables.

Pour nous aider à faire les bons choix, des applications comme Yuka permettent de connaitre le nutriscore des produits que l’on achète et leur impact écologique en scannant leurs codes barre avec notre smartphone.

Lien pour télécharger l’application Yuka sur votre téléphone :

https://yuka.io/

Total des économies à faire sur l’alimentation :

Supposons qu’actuellement votre situation est la suivante : vous mangez 5 à 6 fois de la viande rouge par semaine, vous consommez beaucoup de plats préparés, un ou 2 fast-foods, un Uber-Eats et un restaurant par semaine. Vous fumez un paquet de cigarette par semaine et dépensez 30 euros en bières tous les samedis soirs.

Pas de panique, je pense qu’on peut dire qu’une grande partie des français ont ce rythme de vie. Mais si l’on fait un total, en mettant progressivement en place c’est 5 actions dans votre quotidien, vous pourriez économiser jusqu’à 3500 € par an, en plus de perdre du poids, de vivre en meilleure santé et de moins polluer la planète ! Même en comptant 500 € de petits écarts (que nous faisons tous) on reste sur 3000 € d’économies à l’année.

Ce chiffre est un objectif à atteindre. Personnellement, il me reste encore quelques efforts à faire (en particulier concernant la fréquence des sorties le weekend…) mais j’ai déjà réussi à mettre en place une bonne partie de ces 5 actions, vous pouvez y arriver vous aussi, il suffit de prendre de bonnes habitudes, l’une après l’autre.

Généralement votre cerveau met 3 semaines pour intégrer une nouvelle habitude, donc le rythme idéal et de changer 1 habitude par mois ! Vouloir changer complétement son mode de vie du jour au lendemain mène généralement à un échec. Alors pas de stress, les économies ça se met en place petit à petit !

Dans l’article II nous allons voir comment économiser jusqu’à 2500 € par an sur son logement :

II – Comment économiser sur son logement ? (+2500 €/an)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.